Retraite suisse : AVS, aspects pratiques – Épisode 2

Découvrez les aspects pratiques de l’AVS, les éléments auxquels penser et comment planifier correctement votre retraite !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
TO DO retraite suisse AVS

Dans l’épisode précédent, nous avons abordé la naissance de la prévoyance retraite suisse et notamment le système de répartition de l’Assurance-vieillesse et survivants (AVS), confronté au mur du papy boom.

Je vous propose ici de nous attarder sur les aspects pratiques de l’AVS qui peuvent vous être utile.

AVS, à combien ai-je droit ?

Pour bénéficier d’une « rente pleine » de CHF 2’370.- par mois, il faut remplir deux critères principaux : avoir cotisé 43 ans pour les femmes et 44 ans pour les hommes et avoir gagné en moyenne 85’320.- par année tout au long de sa carrière.

Pour un couple marié, la rente maximum se monte à une fois et demie la rente pleine soit 3’355.- par mois.

La rente minimum s’élève à 1’185.- par mois. Ici il n’existe pas de revenu minimum moyen à atteindre pour en bénéficier. Il faut également avoir cotisé 43 à 44 ans pour en bénéficier.

Si votre revenu moyen s’établit entre 14’220.- et 85’320.-, votre rentre sera comprise entre 1’185.- et 2’370.- par mois.

Pour connaître le montant auquel vous avez droit, vous pouvez demander un extrait de compte individuel auprès de l’AVS. Le document que vous recevrez chez vous, contient la somme de vos revenus gagnés depuis vos 18 ou 21 ans, ainsi que le nom de vos employeurs passés. Nostalgiques s’abstenir. 🙂 Aussi, vous verrez que, si vous êtes proche de la retraite, vous avez probablement gagné des millions de francs !

Pour déterminer votre rente, vous devez reporter la moyenne de vos revenus cotisés sur un tableau appelé « échelle 44 ».

Vous trouvez l’ensemble de ces documents sur le portail de l’AVS : https://www.ahv-iv.ch/fr/

Je veux partir en retraite anticipée

Il est possible de prendre une retraite anticipée avec une rente AVS deux ans avant l’âge légal fixé à 65 ans pour les hommes et à 64 ans pour les femmes. Ce choix n’est pas sans conséquence puisque la rente est diminuée, pour toute la durée de la retraite, de 6.8% pour une année anticipée et de 13.6% pour deux années.

En cas de décès, les rentes de veuve / veuf / orphelin sont également réduites.

Les personnes en retraite anticipée ont l’obligation de cotiser à l’AVS jusqu’à l’âge légal.

Je veux partir après l’âge légal de la retraite

Vous pouvez ajourner votre retraite jusqu’à 70 ans pour les hommes et 69 ans pour les femmes. La rente est par exemple majorée de 5.2% pour une année d’ajournement et jusqu’à 31.5% pour cinq ans.

L’augmentation reste acquise et en cas de décès, les rentes de veuve / veuf / orphelin sont également adaptées.

Quand demander l’AVS ?

La retraite légale commence le mois qui suit celui de votre anniversaire. Si vous êtes né le 1er d’un mois, vous êtes bons pour travailler jusqu’au dernier jour du mois de votre anniversaire. Moi qui suis né un 25, je devrais travailler 5 jours après mes 65 ans. Ma femme qui est né le premier devrait travailler 30 jours de plus (ah ah).

Idéalement, demandez la rente quatre mois avant le début de son versement.

Je vais statistiquement vivre jusqu’à 85 ans ! Ma prévoyance va-t-elle s’adapter au coût de la vie ?

La Suisse est sans doute l’un des pays occidentaux qui limite au mieux son inflation (évolution des prix). Sur les trente dernières années (1988 – 2018), l’indice des prix à la consommation a bondi de « seulement » 42.5% contre 67% pour la France ou près de 130% pour les États-Unis.

Il est évidemment difficile de prédire l’avenir. Mais sur cette base, votre rente AVS perd 12% de son pouvoir d’achat tous les 10 ans.

Les rentes s’adaptent à l’inflation tous les deux ans et sur décision du Conseil fédéral. Si l’inflation dépasse les 4%, les rentes s’adaptent l’année suivante.

Il est très important de planifier correctement sa retraite en projetant un minimum d’inflation. L’AVS s’adapte tout juste au coût de la vie et le second pilier ne s’y adapte pas. Perdre un à deux pourcents de revenu chaque année peut vite devenir problématique au bout de quelques années.

Youpie, je passe ma retraite à l’étranger !

Si vous êtes de nationalité suisse, vous percevrez votre rente où que vous vous rendiez.

Si vous êtes originaire de l’Union Européenne (ou d’un pays de l’AELE) et que vous souhaitez passer votre retraite en Union Européenne (ou en AELE), vous toucherez votre rente AVS. Les prestations complémentaires ne sont toutefois pas versées.

Enfin, si vous êtes ressortissant d’un autre État et que vous souhaitez y passer votre retraite, il faut vérifier si votre pays d’origine a signé une convention de sécurité sociale avec la Suisse.

Si c’est le cas (comme le Japon, les USA ou le Canada, par exemple), vous percevrez une rente de l’AVS.

S’il n’existe pas de convention entre la Suisse et votre pays (le Mexique, par exemple), vous avez théoriquement le droit de vous faire rembourser la somme de vos cotisations. Malgré la perception d’un capital qui peut sembler important, il apparaît que cette situation, contrainte, n’est pas forcément en faveur de l’assuré au regard de ce qu’il aurait perçu sous forme de rentes.

Et si je décède pendant ma retraite ?

En cas de décès, seule les veuves ont le droit a une rente de survivant. La rente de veuve se monte à 80% de la rente de vieillesse. Si l’épouse perçoit sa propre rente AVS, elle pourra conserver la rente la plus élevée entre la rente de veuve ou sa propre rente. Il n’y pas d’effet cumulatif.

Les veufs conservent leur rente acquise et n’ont pas le droit à une éventuelle rente de veuf plus élevée (que leur propre rente) sauf si des enfants de moins de 18 ans sont encore à la maison.

Les enfants de moins de 25 ans aux études ont également droit à des rentes dit d’orphelins. Si l’enfant n’est plus aux études, la rente d’orphelin s’arrête à ses 18 ans.

Conclusion sur l’AVS

Il est probable que l’AVS vive ses dernières années sous sa forme actuelle. Beaucoup de modifications sont nécessaires pour la faire perdurer et pour assurer des rentes aux retraités.

Le problème de la prévoyance par répartition intergénérationnelle touche la majorité des pays développés. Nous sommes sans doute mieux lotis que la plupart de nos voisins puisque deux autres piliers par capitalisation viennent compléter ce premier pilier. C’est ce que nous verrons dans les prochains articles sur ce thème de la prévoyance retraite suisse.

Si vous avez aimé cet article, vous êtes libre de le partager avec vos collègues, amis et familles 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.