Comment placer son capital de 2e pilier à la retraite ?

Dans un précédent article, nous avons discuté des avantages qui existent à disposer librement de son capital de 2e pilier à la retraite. Nous avons vu que le retrait de ses avoirs nécessite de définir ses objectifs de retraité ainsi que son profil de risque.

C’est seulement après avoir éclairci ces points que vous pourrez vous attaquer aux choix des placements. Idéalement, un consultant expérimenté devrait vous accompagner dans vos réflexions. Nous pourrions assimiler la construction et la gestion d’un patrimoine à la conception d’une maison. Ainsi, votre conseiller, tel un architecte vous aidera à dessiner les plans, calculer les coûts et les impôts puis à structurer votre épargne.

D’ailleurs, en parlant de taxes, n’oubliez pas de provisionner et de garder sous forme de liquidités, l’impôt de sortie du capital – d’environ 12% (!) sur le canton de Vaud. L’administration fiscale vous enverra la facture quelques mois seulement après le versement.

Voyons donc aujourd’hui comment vous pourriez placer votre capital de 2e pilier.

Dans les faits, le 2e pilier représente la plus grosse partie du patrimoine des Suisses. Étant donné que ce capital doit vous servir sur une longue période, il convient de rester suffisamment prudent sur le long terme et de ne pas agir sous la pression émotionnelle.

Vous pourriez, pour commencer, vous inspirer de la structure des caisses de pension.

Comment est placé votre 2e pilier ?

La structure d’un portefeuille de 2e pilier est relativement conservatrice et assimilable à une gestion de «bon père de famille». En soustrayant votre capital à votre caisse de pension, vous devriez adopter la même vision conservatrice, de long terme, afin de préserver le plus longtemps possible votre avoir. Évidemment, les solutions que vous mettrez en place dépendront de votre fortune globale.

Selon l’article de Marco Rastaldi et les données compilées par UBS, les avoirs des caisses de pension sont répartis comme suit :

  • Liquidités : 5%
  • Obligations : 34% dont les deux tiers en Suisse
  • Actions : 28% dont le tiers en Suisse
  • Hedge funds : 3%
  • Private equity : 4%
  • Matières premières : 2%
  • Hypothèques : 1.5%
  • Immobilier : 21%
  • Autres : 1.5%

Notez la part élevée d’obligations et notamment des obligations libellées en francs suisses, qui peuvent représenter plus de 20% des actifs. En ajoutant les liquidités nécessaires au bon fonctionnement d’un portefeuille, c’est près de 30% du patrimoine qui est impacté par les taux négatifs ou nuls depuis plus de cinq ans.

Autant les caisses de pensions ont des règles à respecter en termes de structure, autant vous êtes libre de faire comme bon vous semble…

Partant de cette structure, somme toute complexe et difficile à répliquer dans des portefeuilles de taille modeste, vous pourriez adopter une approche simplifiée plus «rationnelle». Elle sera adaptée à votre «petit portefeuille». Bien que je vous le souhaite, il y a peu de chance que vous ayez à gérer plusieurs centaines de millions de francs.  Voici donc une version simplifiée qui devra encore passer la rampe de vos objectifs et de votre profil de risque.

Version simplifiée :

  • Liquidités : 5%
  • Obligations : 38%
  • Actions : 32%
  • Immobilier : 25%

Une part en or physique pourrait également compléter votre portefeuille afin de vous assurer des baisses de marchés liées à des chocs extrêmes tels que le covid ou autres tensions géopolitiques.

Quel rendement pour quel train de vie ?

Grâce aux fonds de placement, vous pourriez répliquer une telle structure. Cette dernière définira le rendement et le montant de capital que vous pourrez «consommer» chaque mois. Avec plus de 7000 fonds disponibles à la vente en Suisse, vous devrez procéder à un tri drastique et porter un regard critique sur les produits «maison» que votre banquier aura tendance à mettre en avant.  Ne perdez jamais de vue que sur le long terme, les frais représentent un véritable ennemi de la performance.

Les obligations. Ou comment quitter les taux négatifs ?

Nous l’avons évoqué ci-dessus, vous pourriez éliminer l’ensemble des contraintes légales qui pèsent sur les caisses de pension. Par exemple et si vous souhaitez conserver le même type de structure, avec presque 40% d’obligations, vous pourriez favoriser les obligations d’entreprises, de pays émergents ou encore High Yield.

Pour illustrer mon propos et vous donner un ordre d’idée: sur cinq ans et au 31 décembre 2019, le M&G Global bond fund réalisait un rendement annuel moyen de presque 2,9% en franc suisse, le J. P. Morgan Emerging Markets Debt 4,8% en USD et le Pictet EUR High Yield presque 3% en CHF. Bien entendu, ces produits comportent des risques spécifiques qu’il vous faudra comprendre et accepter. Comme on ne le répètera jamais assez, les performances passées ne garantissent pas les performances futures.

Les prix de l’immobilier suisse sont liés aux taux d’emprunt bas

La part d’immobilier pourrait également être revue à la hausse, à la condition de ne pas exposer trop fortement votre patrimoine global à ce secteur. Gardez une vision globale. Si votre patrimoine est déjà composé d’immobilier de rendement, ou de votre résidence principale, vous devriez y songer à deux fois avant d’alourdir cette partie, hautement dépendante des taux d’emprunts. Ici, le fonds du Credit Suisse Real Estate Siat, majoritairement investi en immeubles locatifs suisses, a performé sur la même période de 2,2% par année.

Selon la taille de votre patrimoine, vous pourriez également songer à un investissement en direct dans un bien de rendement. Attention toutefois aux contraintes et aux coûts qui diffèrent d’un fonds. Frais à l’achat, entretien et travaux à suivre, locataires à trouver… Si vous souhaitez lâcher l’accélérateur, ce n’est peut-être pas la meilleure solution.

Les actions sont les plus rentables, mais aussi les plus volatiles

Enfin, et en adoptant une vision de long terme, vous pourriez tout aussi bien favoriser les actions. Passé dix ou quinze ans, ce sont évidemment ces dernières qui offrent le plus de gain… mais elles sont plus volatiles que les deux classes d’actifs citées ci-dessus. L’étude annuelle de Pictet sur la performance des actions suisses fait état, au 31 décembre 2019, d’une rentabilité moyenne annuelle réelle (inflation déduite) proche de 8% «bon an, mal an» et cela depuis 1926.

Sans remonter jusqu’aux années 30, sur les 15 dernières années, le rendement annuel réel des actions suisses s’établit, toujours selon cette étude, à 7,41% tandis que celui des obligations se situe à 2,47%. Retenez que ce rendement plus élevé implique une volatilité supérieure. Comptez 20% de volatilité pour les actions et seulement 5% pour les obligations. Pour faire simple, cela signifie que les actions varient de plus ou moins 20% autour de la moyenne, tandis que les obligations se concentrent dans un canal de 5%… À voir comment votre cœur supporte tout cela.

Que faire dans ma situation ?

Qu’il vous faille compléter votre retraite AVS de quelques centaines ou de quelques milliers de francs chaque mois, une fois votre portefeuille mis en place, il sera facile d’organiser un ordre mensuel permanent sur votre compte salaire.

Vous êtes unique et votre situation personnelle et patrimoniale l’est également. Vous voyez au travers de ces deux articles que «Monsieur tout le monde» pourra difficilement se passer de l’accompagnement d’un expert.

Le taux de conversion du deuxième pilier (la rente servie) est généralement situé entre 5% et 6%. Vous devrez peser le pour et le contre avant de retirer votre avoir de 2e pilier. En déléguant sa gestion, vous pourrez vous approcher de la solution rente et mixer ainsi la tranquillité d’esprit de la gestion déléguée tout en disposant de votre capital.

Cet article a été posté en tant qu’invité sur le site investir.ch dont je vous recommande vivement la lecture. Vous y trouverez de nombreuses analyses sur l’économie, l’immobilier ou encore la prévoyance dans notre pays.

2e pilier : prendre et placer son capital à la retraite

En choisissant de retirer votre capital de 2e pilier à la retraite, vous devrez décider comment le placer après avoir défini vos objectifs d’investissement et votre profil de risque. Avez-vous besoin d’une rente mensuelle ? Votre épargne doit-elle vous servir dès aujourd’hui ou plutôt dans une dizaine d’années ? Devez-vous rembourser votre dette immobilière ? Quelle est votre expérience en matière de gestion ? Comment vivez-vous les fluctuations de marché ?

Vous devriez vous poser toutes ces questions avant d’aller de l’avant !

Ici, je ne peux que vous recommander de vous faire accompagner par un conseiller financier expérimenté. Car bien que disposer de son capital apporte beaucoup d’avantages, vous ne pourrez vous permettre de laisser libre cours à l’improvisation. Un peu d’anticipation, associée à une dose de rigueur, sera nécessaire pour réaliser les bons choix à long terme. Vous devriez aussi être capable de bannir les émotions dans les phases de volatilité telles que celle que nous venons de traverser.

Une fois que vous serez au clair avec ces questions, vous en saurez plus sur le rendement qu’il vous faudra obtenir ainsi que sur le type d’investissement que vous pourrez réaliser.

Quels avantages à prendre son 2e pilier

Retirer ses avoirs de deuxième pilier offre un grand nombre d’avantages. Nous pourrions les définir en un mot : liberté.

Liberté de disposer de votre capital comme bon vous semble, liberté d’effectuer des donations à vos enfants et à vos petits-enfants, liberté de rembourser votre dette immobilière, liberté de transmettre votre épargne après votre décès ou encore liberté dans le choix de vos placements.

En contrepartie de ces avantages, vous renoncez au taux de conversion fixe et à vie. Pour rappel, le taux de conversion représente le pourcentage auquel vous est distribué votre capital chaque année. Par exemple, un taux de conversion de 5% sur un capital de 100’000.- francs vous apportera chaque année une rente de 5’000.-.

Pour être tout à fait clair, ce taux fixe pourrait être revu dans les années à venir. Rappelons que lors de la première révision de la LPP, le taux de conversion légal minimal est passé progressivement de 7,2 à 6,8%. Dans le cadre de la réforme “Prévoyance vieillesse 2020”, le Conseil fédéral avait proposé une baisse à 6%. Le paquet réforme avait été rejeté par le peuple en 2017.

Trop de parties prenantes sont impliquées dans le deuxième pilier pour en faire un acquis immuable sur les prochaines décennies.

Du Conseil fédéral au peuple, en passant par le parlement, ces acteurs sont (et apparaîtront de plus en plus) soumis à la pression de la réalité démographique (vieillissement de la population). Dès lors, les règles qui régissent actuellement le 2e pilier pourraient changer à l’avenir.

N’oublions pas les assureurs et votre caisse de pension qui pourraient également influer sur ces différentes variables. Ainsi, un taux de conversion diminué, de nouveaux impôts ou encore l’introduction de charges sociales sur la rente ne peuvent plus être exclus à long terme.

Ces inconnues plaident pour l’option du capital même si je ne peux ici généraliser. Mais n’en venez pas à croire que retirer votre capital vous rendra de facto plus fort ou meilleur gestionnaire que ces acteurs réunis… Le choix entre la rente et le capital naît d’une analyse individuelle. Vous trouverez dans cet article un nombre de questions qui pourrait vous aider à prendre votre décision.

Pensez aussi à vos proches en cas de décès : seront-ils en mesure de gérer le capital hérité ? Un conseiller financier familial pourra accompagner votre famille sur plusieurs générations.

Quels sont vos objectifs ?

Nous avons énuméré en introduction plusieurs objectifs. Prenons quelques minutes pour les détailler et assumons le fait que vous retiriez votre capital.

Les deux premières questions que vous pourriez vous poser s’appuient sur le besoin, ou non, d’obtenir une rente mensuelle ainsi que sur l’ajournement pour servir cette rente. En bref, avez-vous besoin de compléter vos revenus du premier pilier et du travail (retraite anticipée ou reportée) et, si oui, dans combien de temps.

Ces questions définissent le cadre du délai de carence avant la consommation du capital et le rendement (donc le risque) que vous devez chercher à atteindre.

Si vous avez besoin, par exemple, de 2% de votre épargne chaque année dans dix ans, vous n’effectuerez pas forcément le même type de placement que si votre train de vie nécessite de dépenser 5% dès le mois prochain.

Un autre objectif patrimonial découle de la nécessité de diminuer votre dette immobilière, en fonction de votre prochaine échéance hypothécaire. Si le remboursement doit intervenir dans les trois, voire dans les cinq prochaines années, il pourrait être sage de conserver ce montant en liquide. Surtout en l’absence d’expérience ou de conseil extérieur. Dans ce cas, seul le capital restant après ce remboursement devra être considéré pour l’investissement retraite.

Enfin, et je ne cesse de le répéter, un budget devrait vous aider à définir vos objectifs.

Quel est votre profil de risque ?

Cette question (qui en regroupe en réalité une dizaine) vise à déterminer votre tolérance au risque et votre réaction en cas de volatilité des marchés.

Nous pourrions résumer ce point par l’interrogation : quid de votre expérience en matière de gestion financière ?

Ne prenez pas cela à la légère. Depuis la crise des subprimes, les conseillers financiers ont l’obligation de faire remplir à leurs clients un profil de risque afin de définir (ou tenter de définir…) leur attitude en cas de turbulences.

Là aussi, restons honnêtes. Seul le vécu vous dira comment vous dormez et comment vous réagissez en cas de panique boursière liée au covid ou autres subprimes. Ne voyez pas non plus tout en noir : un patrimoine correctement diversifié saura amortir, grâce au temps notamment, les chocs économiques et financiers.

Nous verrons dans le prochain article quelle pourrait être la structure d’un portefeuille ainsi que le train de vie qui pourrait en découler.

Cet article a été posté en tant qu’invité sur le site investir.ch dont je vous recommande vivement la lecture. Vous y trouverez de nombreuses analyses sur l’économie, l’immobilier ou encore la prévoyance dans notre pays.

Éviter l’expulsion de la maison familiale lors d’un décès

Nous aimerions ne pas y penser ! Il est pourtant assez simple de protéger sa famille et son conjoint d’une expulsion après un décès.

Dans un couple marié et en cas de décès d’un conjoint, la continuité de la tenue des charges de la maison familiale est posée. En effet, avec la disparition d’un revenu, le fameux ratio des charges immobilières, qui ne doit excéder le tiers du revenu, est souvent dépassé et une expulsion n’est pas à exclure.

Et bien que le premier et le deuxième pilier servent des rentes de veuf ou de veuve, ces dernières peuvent se révéler insuffisantes au maintien de ce ratio.

Notez que les couvertures du système social suisse sont différentes dans le cas d’une maladie et d’un accident. Comment peut-on se protéger d’un tel événement ? Je vous propose un bref rappel théorique suivi d’un cas pratique pour illustrer mes propos.

Les rentes de veuve et de veuf en cas de décès du conjoint à la suite d’une maladie

En comparaison avec l’accident, décéder à la suite d’une maladie est le cas statistique le plus fréquent. Que prévoient les assurances sociales dans le cas du décès par maladie d’une personne salariée ?

Les deux premiers piliers (AI et LPP) peuvent fournir, sous certaines conditions, des revenus de substitution au partenaire survivant. Vous trouvez un article qui en parle ici.

Le prêteur hypothécaire exige en tout temps que le revenu de la famille soit au moins trois supérieurs à l’ensemble des charges théoriques du bien. Y compris après un tel drame.

Ces charges sont formées de l’entretien du bâtiment, du remboursement de la dette et des charges d’intérêts hypothécaires.

Le premier pilier verse au conjoint et, sous certaines conditions, jusqu’à 80% de l’ancien salaire avec un plafond situé à 22’752.- francs par an. En cas de lacunes de cotisation ou de revenu faible les premières années de l’activité lucrative, cela peut aussi être beaucoup moins.

La rente de conjoint du deuxième pilier quant à elle varie grandement selon la caisse de pension du défunt. Un employeur qui offre des prestations sociales intéressantes peut servir jusqu’à l’intégralité du revenu sous forme de rente ou de capital. À l’inverse, un patron radin pourrait servir le minimum selon la Loi sur la Prévoyance Professionnelle (LPP).

Si vous êtes employé dans une entreprise de taille relativement importante, vos chances d’influer sur ces rentes seront limitées. Cela vaut toutefois la peine de vous rapprocher de votre représentant salarial pour le deuxième pilier afin d’obtenir de bonnes couvertures.

Les rentes de veuve et de veuf en cas de décès à la suite d’un accident

Dans le cas d’un accident, c’est la Loi sur l’Assurance Accident (LAA) qui servirait une rente au conjoint survivant.

La LAA assure les salariés qui travaillent plus de huit heures par semaine avec un revenu inférieur à 148’200.- par an. La rente de conjoint est limitée à 40% de l’ancien revenu. Ici aussi, un employeur généreux peut faire mieux que la loi. Renseignez-vous.

La rente de conjoint selon la LAA est également servie sous certaines conditions (mariage, enfant en commun, etc.).

Le premier pilier apporterait parallèlement une rente au conjoint survivant, dans les mêmes conditions que pour la maladie.

Enfin, la caisse de pension peut fournir si son règlement le permet, un complément de revenus sous forme de rente ou de capital.

Le cas de l’indépendant

Une personne qui travaille à son propre compte n’a pas l’obligation de s’affilier à un deuxième pilier, à un troisième pilier ou à la LAA. Elle est donc libre de composer sa prévoyance sur mesure. La liberté qui en découle est intéressante pour construire une prévoyance avantageuse, mais cela peut aussi se révéler être à double tranchant.

En effet, par manque de temps et d’intérêt, trop d’indépendants repoussent à « plus tard » l’étude complète de leur situation. Tant que tout va bien…

De mauvais conseils peuvent aussi conduire à une situation bancale. En quelques heures, et avec l’aide d’un conseiller expérimenté, vous pourriez combler l’ensemble des lacunes de retraite, d’invalidité et de décès.

En l’absence de couverture complémentaire, seules les rentes du premier pilier seraient servies. Cela peut amener la famille à une situation dangereuse autant pour éviter l’expulsion de la maison que pour continuer à vivre « normalement ».

Les rentes d’orphelin

Le premier pilier, le deuxième pilier et la LAA versent des rentes aux enfants survivants. Ces rentes d’orphelins correspondent respectivement à 40% (AI), 20% (LPP) et 15% (LAA) de la rente de conjoint.

Certains prêteurs immobiliers pourront considérer ces rentes comme faisant partie intégrante du revenu de la famille et d’autres les excluront.

Notez qu’un tuteur pourrait également en limiter l’utilisation jusqu’à la majorité des enfants. Dans tous les cas, je vous invite à protéger votre famille devant un notaire en rédigeant des testaments et un contrat de mariage. Vous trouvez plus de détails sur ce sujet ici.

Quand après un décès la faisabilité de la maison devient impossible à tenir ! Un cas pratique

Pour comprendre les conséquences d’un décès sur la faisabilité hypothécaire de la maison, prenons l’exemple d’un couple qui gagne 180’000.- par année, à parts égales soit 90’000.- chacun.

La famille est également composée de deux enfants. Les parents sont assurés dans la moyenne suisse et ils sont propriétaire de leur appartement acheté 1’070’000.- il y a quelques années.

Lors de l’achat, ils ont contracté une hypothèque de 856’000.- et leur faisabilité était au maximum possible de 33%. C’est-à-dire que l’ensemble des charges théoriques calculées par le prêteur se montait à 60’000.- par an (60’000.- fois 3 = 180’000.-).

Dans le cas où l’un des époux viendrait à disparaître, le conjoint survivant et les enfants toucheraient aux environs de 54’000.- par année. Ainsi, le nouveau revenu de la famille passerait à 144’000.-. Dans ce cas, et à condition que le prêteur prenne en compte les rentes d’orphelins, la faisabilité passerait de 33% à 42% (60’000.- divisé par 144’000.-). Notez que si le prêteur excluait de son calcul les rentes d’orphelins, la faisabilité exploserait à près de 50%.

Ici, la banque ou l’assurance qui aurait prêté l’hypothèque, serait en droit de demander des garanties supplémentaires à hauteur de 273’000.-.

Cela signifie que pour éviter une vente forcée du bien, la famille devrait apporter 273’000.- de garanties supplémentaires au prêteur. Cette somme pourrait prendre plusieurs formes : des liquidités, un portefeuille d’investissement ou, pourquoi pas, la caisse de pension du conjoint survivant.

Étant donné que la majeure partie de la fortune des Suisses est composée de la caisse de pension et des fonds propres de la maison familiale, cette somme soudainement nécessaire n’existe tout simplement pas.

Alors, comment éviter d’ajouter de la difficulté financière à de la peine ? Voyons cela.

Ajouter un capital décès grâce à un 3e pilier assurance permet de conserver la maison

Rester libre d’un système et libre de la dette contractée pour acheter sa résidence principale me semble pertinent.

Beaucoup de pays en Europe obligent les contractants d’une dette immobilière à assurer le cas du décès. La Suisse ne l’oblige pas et le prêteur l’exige rarement. Mais ce n’est pas parce qu’on ne vous le demande pas qu’il ne faut pas le faire. 🙂

Une façon assez simple pour notre couple suisse de se protéger pourrait être de contracter une assurance de 3e pilier et d’y inclure un capital décès afin d’être en mesure, en tout temps, de conserver la maison.

Avec l’aide d’un conseiller financier, notre famille pourrait calculer son besoin exact et se couvrir en conséquence tout en évitant une sous assurance ou une sur assurance.

Elle devrait idéalement ajouter à ce capital décès les nouvelles dépenses consécutives à la perte d’un conjoint.

Enfin, notre couple serait bien avisé de profiter de cette analyse pour combler ses lacunes de retraite, surtout dans un système qui part à la dérive.

Cette assurance de 3e pilier peut dans certains cas être déductible des impôts, être constitutive d’épargne et offrir une sécurité supplémentaire à la famille en cas d’invalidité.

Un conseil sur mesure s’applique ici. Pensez à revoir votre situation régulièrement !

Notez que s’assurer n’exclue pas le fait d’épargner pour rembourser sa dette.

Cet article vous a éclairé ? Un pouce bleu est bienvenu 🙂