Les dix prochaines années selon Pictet

Les gestionnaires de fortune de la banque privée Pictet ont publié une étude portant sur les rentabilités qu’ils attendent pour la décennie à venir.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
graphique et rentabilite

En début d’année, les gestionnaires de fortune de la banque privée Pictet ont publié une étude nommée Horizon, portant sur les rentabilités qu’ils attendent pour la décennie à venir.

Je vous propose ici d’en extraire les idées fortes, et d’inclure par petites touches mes commentaires.

Je ne suis habituellement pas fan des prévisions, préférant lire le passé pour pouvoir estimer le futur. Mais accepter d’autres regards est toujours source d’élargissement de la pensée. Évidemment, Pictet se base aussi sur les rendements et les événements passés pour étayer ses prévisions.

Les gestionnaires articulent leur travail autour des quatre facteurs suivants : innovation, populisme, données démographiques et changement climatique.

L’innovation sera source de croissance

Ils sont convaincus que l’innovation sera source de croissance pour l’avenir et sera diffusée à tous les secteurs de l’économie. Ils estiment aussi que la croissance pourrait se voir limiter par le populisme.

L’inflation (baisse du pouvoir d’achat / hausse des prix) future est estimée inférieure à 2%, comme pour les quinze dernières années. Un chiffre plus élevé pourrait également être une conséquence du protectionnisme.

Les deux conclusions majeures de l’étude sont que le rendement moyen de toutes les classes d’actifs (immobilier, actions, obligations, immobilier, métaux précieux…) sera probablement inférieur à ce qu’il a été depuis 1950 et que Pictet ne croit pas à une stagnation séculaire mais plutôt à une croissance tirée par les innovations.

Les classes d’actifs traditionnelles, que sont les emprunts d’États (obligations) américains et d’Europe de l’Ouest (y compris la Suisse), réputés sûrs par le passé, verront probablement leurs rendements rester proche des 0%, voire devenir des intérêts négatifs (en Suisse, ils se situent actuellement à -0.9% par année).

Cela ne semble pas être le cas pour les emprunts des pays émergents ou des entreprises, attendus dans une fourchette de 3% à 5%.

Les actions devraient rester les actifs les plus rentables

Les actions devraient rester les actifs les plus rentables avec une moyenne annuelle proche des 6%. Il existe une grande hétérogénéité des actions selon la taille des entreprises ou leur emplacement géographique. Ainsi, les rendements attendus pour les pays émergents asiatiques devraient être supérieures à 7%, les petites & moyennes entreprises en Europe et aux USA devraient tourner aux environs de 6% et les grandes compagnies autour de 5%. Le private equity, malgré son inconvénient de manque de liquidité, pourrait aller chercher dans les 9% de moyenne.

Les actions restent donc, comme par le passé, la classe d’actif à privilégier.

Les portefeuilles que je recommande sont généralement composés de 40% de petites et moyennes entreprises en Europe, en Suisse et en Asie émergente et un autre 40% est dédié aux grandes entreprises en Europe et aux USA. Le solde étant composé d’actions d’entreprises actives dans les domaines de l’innovation et des énergies alternatives, d’or physique en couverture de crise ou de récession, d’un peu de liquidités et d’obligations.

Ce mix reste, il me semble, pertinent pour dégager un rendement suffisant tout en se protégeant d’un événement extérieur, qu’il soit politique (protectionnisme, conflit) ou économique (remontée des taux et récession par exemple), les deux étant intimement liés.

Un autre avantage que je vois à détenir des petites et des grandes entreprises et qu’elles ne réagissent pas de manière identique en cas de hausse ou de baisse des marchés. Ainsi, nous pouvons profiter des cycles haussiers et baissiers en allégeant la part des grandes entreprises pour racheter les petites et inversement.

Quid du cash et de l’or ?

Les rentabilités des liquidités (USD, EUR et CHF) sont attendues comme maigres ou nulles. Pictet ne les recommande que comme « instrument temporaire ». J’en profite pour rappeler la pertinence de détenir deux à quatre salaires de réserve en francs par mesure de sécurité sur vos comptes courants et/ou d’épargne.

L’or, éternelle valeur refuge, verrait son rendement moyen proche de 0%. Pictet souligne toutefois que si le populisme entrainait une baisse de la croissance, une augmentation de l’inflation et une dépréciation des monnaies, alors la demande en métal jaune serait plus forte et entrainerait son prix à la hausse. La protection est la raison pour laquelle vos portefeuilles contiennent de l’or.

J’espère ici vous apporter des éléments rarement diffusés et suffisamment accessibles pour votre portefeuille.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet passionnant, vous trouvez ici la version abrégée de l’étude.

Si vous aimez cet article, je vous invite vivement à le partager avec vos amis, votre famille et vos collègues 😉

Raphaël

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réflexions sur « Les dix prochaines années selon Pictet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.