Coronavirus : l’utilité d’être bien assuré !

comment proteger sa famille

La crise sanitaire du coronavirus et le confinement qui l’accompagne nous rappellent la nécessité d’être correctement assuré en cas de pépin.

D’un problème de santé au voyage reporté, en passant par une perte d’exploitation, rarement une année aura fait naître autant de besoins simultanément.

2020 restera pour les sociétés d’assurance, une année noire avec des taux de sinistres largement supérieurs aux événements récents. Que ce soit la canicule de 2003, le tsunami de 2004, l’éruption du volcan Eyjafjöll en 2010 ou encore l’explosion du réacteur nucléaire de Fukushima en 2011, aucun de ces événements n’a impacté la planète entière.

Cette crise révèle également les limites de l’état et donc l’avantage qui existe à protéger par soi-même son patrimoine.

Notez que les compagnies d’assurances définissent la notion de risque sur une échelle comprise entre bagatelle et catastrophe. En vous assurant, vous devriez différencier les préjudices que vous pouvez assurer vous-mêmes, grâce à votre patrimoine par exemple, des dommages entraînant des conséquences graves pour votre famille telles qu’un incendie, une hospitalisation ou un décès.

Du simple voyage annulé au cas lourd d’hospitalisation, je vous propose un tour d’horizon des couvertures d’assurance utiles pour vous protéger, vous et vos proches.

Assurance maladie

L’on a coutume de dire que « si la santé va, tout va ». Rien de plus vrai en 2020 !

Ici, nous sommes tous abonnés à la LAMal (Loi sur l’Assurance Maladie) pour les traitements ambulatoires et hospitaliers du domaine public. Ce catalogue de prestations obligatoires garantit les soins de base et les traitements d’urgence en Suisse ou à l’étranger, dans une certaine limite de coûts.

Une information d’actualité : le Département fédéral de l’intérieur inclut depuis le mois de mars le remboursement du dépistage du Covid-19 sur prescription médicale.

La LAMal présente un nombre de lacunes que les complémentaires ambulatoires et d’hospitalisation peuvent compléter.

Attention, une ribambelle d’assurances maladie complémentaires sont inutiles. Faites-vous accompagner par un conseiller neutre afin de réaliser des comparatifs de prix et surtout de prestations.

Pour le cas qui nous intéresse de l’épidémie de coronavirus, je vous donne une liste non exhaustive des domaines bancals de la LAMal et que vous pouvez facilement assurer au travers de complémentaires.

En vrac, vous trouvez : le rapatriement sanitaire depuis l’étranger, le transport en ambulance en Suisse (!), la prise en charge des frais d’hospitalisation dans un pays ou un canton à coût élevé (comme le Canada, les États-Unis ou Vaud par rapport à Fribourg), les cures, les remises en forme (le coronavirus peut nécessiter une rééducation longue) ou les séjours hospitaliers ou post-hospitaliers en clinique,  le remboursement de certains médicaments, les médecines complémentaires, le libre choix du médecin, etc.

Afin de combler ces lacunes, une complémentaire d’hospitalisation et une complémentaire pour les traitements ambulatoires sont recommandées. L’acceptation de vous couvrir ou non est toutefois conditionné à votre état de santé. En effet, l’assureur que vous aurez choisi pourrait émettre des réserves sur certaines prestations. Ces réserves peuvent aller de la surprime au refus total, en passant par le refus partiel.

Assurance vie

Après une contamination au Covid-19 ou après une maladie, trois dénouements sont possibles. Tout va bien et vous rentrez chez vous, une invalidité persiste et vous devez diminuer votre activité professionnelle, voire arrêter de travailler, et dans le pire des cas, un décès survient.

Dans le cas d’une invalidité à long terme, une assurance sur la vie peut vous apporter un revenu complémentaire. Ce dernier s’ajouterait à vos rentes de premier et de deuxième piliers afin de limiter la perte de votre train de vie.

Au-delà de protéger les revenus de votre famille, ce revenu peut vous permettre de conserver votre maison. Si vous êtes locataire, vous pourrez continuer de payer votre loyer et si vous êtes propriétaire, vous pourrez maintenir vis-à-vis de votre prêteur votre faisabilité d’endettement, limitant ainsi les risques d’expulsion.

Toujours dans le cas de l’invalidité, et selon la structure de votre contrat d’assurance vie, l’assureur pourrait épargner à votre place pour votre retraite.

Dans le cas du décès, le conjoint ou les enfants perçoivent un capital. Ce dernier peut permettre de payer les études des enfants ou de réduire la dette hypothécaire.

Pensez également que vous pouvez déduire certains contrats d’assurance vie de vos impôts, s’ils sont réalisés sous forme de 3e pilier A. Vous pourriez obtenir, en fonction de vos revenus, jusqu’à 45% de rabais fiscaux sur la prime versée dans votre police d’assurance.

Ici aussi l’acceptation de votre contrat d’assurance vie dépendra du bon vouloir du médecin de l’assureur. Un ennui de santé passé pourrait faire naître des réserves sur les suites d’une maladie ou d’un accident. La seule façon de savoir si vous pouvez être accepté et de demander.

Vous trouvez plus de détail sur le troisième pilier ici.

Assurance voyages, rapatriement

  • Où partez-vous à Pâques ?
  • Chez moi. J’hésite encore entre la cuisine et le salon…
  • Et cet été ?

Vos vacances de Pâques sont donc annulées et vous ne savez pas si vous pourrez partir comme prévu cet été.

Qu’en est-il des frais déboursés ? Les billets d’avion, la location de la voiture, l’hôtel, la maison de vacances… autant de frais ou d’acomptes engagés et potentiellement perdus à tout jamais.

Si en plus, l’agence de voyages venait à faire faillite…

Couvrir les frais d’annulation via une assurance prend ici tout son sens.

De plus, en contractant une telle assurance, vous ne vous poserez plus jamais la question de devoir ou non cocher l’option « frais d’annulation », souvent très chère, lorsque vous réserverez vos prochains billets.

Je recommande une protection complète et déconseille de se reposer sur les assurances des cartes de crédit ou sur les options prises au « coup par coup » pour un voyage. Les prix sont élevés pour des couvertures souvent très limitées.

Protection juridique

Votre employeur menace de vous licencier parce que vous ne trouvez pas une solution de garde pour vos enfants ? Un assureur refuse de vous indemniser une prestation due ? Votre agence de voyages ne veut pas vous rembourser l’acompte de votre prochain périple ?

Une protection juridique privée pourrait vous sortir de l’embarras. En plus de vous aider à obtenir réparation, de simples conseils en provenance de juristes pourraient vous permettre de voir plus clair dans une situation à laquelle vous ou votre famille êtes confrontés.

En temps normal, nous avons l’impression de payer dans le vide ces assurances. Cette année, certains d’entre nous auront la malchance de toutes les employer. S’assurer correctement est important pour protéger sa famille.

Faites appel à un conseiller financier qui analysera globalement votre situation afin d’empêcher les doublons et les dépenses inutiles. Cela vous évitera une sous assurance ou à contrario une sur assurance. Votre conseiller devrait être en mesure de vous présenter un comparatif neutre et indépendant ainsi que les potentiels avantages fiscaux liés à chaque formule.

cet article a été publié en primeur sur investir.ch

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.