Coronavirus : indépendants face au manque de liquidités

L’arrêt de l’activité empêche un grand nombre d’indépendants de percevoir ses revenus. La gestion de la trésorerie à court terme est un problème récurrent qui doit être anticipé.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
independants gerer ses reserves de liquidites pendant le coronavirus

Aujourd’hui, le coronavirus limite nos activités. Une grande partie des indépendants ont réduit leur temps de travail ou ont tout « simplement » tiré le rideau pour une période indéterminée. J’aimerai leur apporter une aide à mon niveau pour la gestion de leurs liquidités.

Dans une phase de stress aussi élevé, détenir suffisamment de liquidités est primordial.

Constituez deux à quatre mois de réserve

Qu’ils soient indépendants ou non, mes clients ont droit à ma litanie sur les réserves de cash qu’ils devraient se constituer pour les coups durs. Je leur recommande de détenir, sur leurs comptes courants ou épargne, deux à quatre mois de dépenses, nets de charges sociales et d’impôts.

Une personne seule ou un jeune couple sans enfant pourra se contenter de deux mois de réserves tandis qu’une famille ou un propriétaire devrait disposer de quatre mois de liquidités. Il faudrait également ajouter les dépenses certaines des prochains 36 mois, comme le remplacement d’une chaudière ou l’achat d’une nouvelle voiture.

Vous devriez appliquer cette règle en tant qu’indépendant, mais également en tant que salarié. En effet, si la crise devait se prolonger, tous seraient concernés par des baisses de revenus, du chômage partiel, voir par la perte d’activité.

En « temps normal », ces liquidités peuvent servir à payer des franchises élevées de caisse maladie, des dégâts dans la maison ou sur la voiture ou encore un mois de chômage sans salaire.

Bref, c’est un matelas de sécurité.

Depuis la fin février, les émotions se succèdent et s’amplifient au fur et à mesure des nouvelles peu rassurantes. L’une des inconnues est la durée de la crise.

À l’heure où j’écris ces lignes, la Suisse restreint nos libertés pour un mois. Mais le Conseil fédéral, de son propre aveu, apprend tous les jours et ne peut être affirmatif sur la suite des événements.

Pour vous aider à voir plus clair dans vos dépenses, je vous propose ici de remplacer les émotions par de la rationalité.

Faire un budget

En premier lieu, réalisez un budget. C’est le seul élément tangible et logique qui va vous permettre de prioriser vos dépenses.

Deux raisons plaident à l’établissement d’un budget : déterminer la part d’épargne disponible chaque mois afin de l’investir et définir le montant des dépenses mensuelles. Ces dernières permettent de fixer le niveau des réserves nécessaires (liquidités sur les comptes).

En multipliant la somme des dépenses mensuelles par deux ou quatre, vous déterminez le montant à mettre de côté.

Aujourd’hui il est évidemment trop tard pour constituer vos réserves. Toutefois, le budget devrait vous permettre d’y voir plus clair.

Je vous fournis quelques astuces ici :

  • Prenez 15 minutes avec votre conjoint. N’y consacrez pas plus de temps. Ici, vous devez simplement obtenir une idée cohérente de vos besoins mensuels.
  • Certains postes de dépenses peuvent vous sembler difficiles à évaluer. Réfléchissez en termes de semaine (pour les courses), de saison (pour les habits) ou établissez la moyenne des trois dernières années pour les vacances. De toute façon, nous ne pouvons plus partir en vacances 
  • Mensualisez vos dépenses en les divisant par 12 mois.
  • N’oubliez pas les impôts. 🙁

Vous trouvez un modèle de budget en cliquant sur l’image.

Cliquez sur l’image pour télécharger le modèle Excel

Prioriser et éliminer les dépenses

Votre budget est fait ? Très bien. Étant donné que « nous sommes en guerre », comme dirait l’autre, il convient de hiérarchiser vos charges.

Les frais ménagers (courses) viendront évidemment avant les acomptes d’impôts, tout comme le loyer passera devant le renouvellement de l’abonnement de train.

En temps normal, le budget permet de repérer les dépenses inutiles. Profitez du temps contraint mis à disposition pour réaliser cet exercice. Et j’imagine qu’aujourd’hui beaucoup de choses vont nous sauter aux yeux comme étant superflues.

Éliminez ces dépenses superflues 😉

Reporter les dépenses

Maintenant que vous connaissez vos dépenses mensuelles, mettez-les en opposition avec vos réserves de liquidités. En vous mettant face à la réalité, vous vous trouverez rassurés ou inquiets.

Si le niveau de vos liquidités reste inférieur à deux mois, et que vous disposez de patrimoine liquide tel que des actions, des obligations ou des fonds de placement, désinvestissez-en une partie afin de les transformer en liquidités.

En priorisant des paiements, vous décidez sciemment d’ajourner certaines factures. Retenez que cela peut vous coûter de l’argent… plus tard !

Ne pas régler ses relevés de cartes de crédit ou ses acomptes d’impôts peut entraîner une majoration des intérêts.

Nous espérons tous ici une annulation totale des intérêts moratoires pour l’année fiscale 2020 ainsi que des conditions d’assouplissement exceptionnelles pour le paiement des impôts. À bon entendeur.

Pensez aussi à ne plus rien acquitter avant l’échéance. Payez vos factures à la limite des échéances !

Anticiper et demander des reports de paiements

Sollicitez également vos fournisseurs pour différer les paiements. Beaucoup vous offriront des délais supplémentaires seulement si vous les leur demandez 😉

Les gens et les entreprises se révèlent souvent pendant les périodes troubles. Par exemple, certains opérateurs téléphoniques pratiquent des gestes commerciaux suite à la propagation du virus et d’autres non… Souvenez-vous en quand tout sera revenu à la normale.

Faire un tableau des flux de liquidités

Vous pourriez également utiliser le tableau de flux de trésorerie que vous trouvez ci-dessous. Il vous permettra de mieux gérer vos disponibilités actuelles et futures.

En tant qu’indépendant, vous êtres probablement en attente de quelques créances à recevoir dans les prochains jours. Pensez à contacter vos clients afin de voir s’ils seront en mesure de vous payer. Cet argent viendra alors compléter vos liquidités.

Cliquez sur l’image pour télécharger le modèle Excel

Demandez SANS ATTENDRE de l’aide à l’état

Enfin, réclamez sans attendre les subventions auxquelles vous avez droit. Que vous deviez réduire le temps de travail de vos employés ou vous assurer un revenu, la Confédération et les cantons ont sorti l’artillerie lourde pour soutenir les indépendants et les entreprises. Il serait dommage et parfois préjudiciable de passer outre

L’Office fédéral des assurances sociales et les caisses de compensation seront vos interlocuteurs. La demande risque d’être longue et fastidieuse malgré l’allégement des démarches promis. C’est la raison pour laquelle vous devez agir maintenant !

Pour vous aider dans ce labyrinthe administratif, je joins quelques liens que j’ai glanés sur internet mais ils ne sont en aucun cas exhaustifs.

Office fédéral des assurances sociales

Secrétariat d’État à l’économie SECO

État de Vaud

Etat de Genève

Fédération des Entreprises Romandes

L’ordonnance « coronavirus »

Dans l’attente de jours meilleurs, je vous souhaite du courage et de la force pour vaincre cette période.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.