Quel est le prix à payer pour une retraite anticipée ?

preparer sa retraite ressemble plus a un marathon qu a un sprint

J’ai cinquante-trois ans aujourd’hui. Dans douze ans, je serai à la retraite et je pourrai enfin profiter de mon temps libre ! Réaliser tous mes projets sans cesse remis aux calendes grecques, découvrir le monde et profiter de mes petits enfants ! Tout cela sera réalisable. Mais douze ans, cela me paraît long ! En plus, ma femme (ou mon mari 😉 ) sera à la retraite deux ans avant moi. Est-il possible de financer une retraite anticipée ? Et si oui : à quel prix ?

Si vous vous reconnaissez dans ces quelques lignes et que vous avez la petite ou la grande cinquantaine, il vous reste quelques années de travail avant votre retraite. Notez que c’est la dernière période de votre vie où vous pouvez encore planifier votre retraite. C’est aussi le meilleur moment pour financer votre départ anticipé. Car oui, partir plus tôt coûte de l’argent et il vaut mieux le planifier une grosse dizaine d’années en avance.

L’âge « ordinaire » de la retraite est fixé à 65 ans pour les hommes et à 64 ans pour les femmes. Toutefois, le droit de notre pays, fidèle à son esprit libéral, vous permet de partir cinq ans plus tôt ou cinq ans plus tard.

Dans la réalité, ces cinq années ne signifient pas grand-chose. Entendez-les plutôt comme une généralité où chaque pilier s’inscrit avec ses propres règles, ses avantages et ses inconvénients.

Je vous propose de vous fournir, dans les prochains articles, les notions essentielles des trois piliers sur la retraite anticipée au travers d’un cas concret pour mieux saisir les coûts et les points auxquels prêter attention.

Je remercie Patrick pour son coup de main.

Luc et Marie ont la cinquantaine et aimeraient prendre une retraite anticipée.

Nous allons prendre le cas d’un couple marié : Luc et Marie, qui sont respectivement dans leur 53e et 54e année. Du fait du départ à la retraite décalé entre les hommes et les femmes (65 et 64 ans) et de leur différence d’âge, Marie aura 64 ans lorsque Luc en aura 63.

Luc souhaite partir à la retraite la même année que Marie, soit deux ans avant l’âge de 65 ans. C’est dans dix ans.

Étant donné qu’il existe un nombre quasi infini de solutions pour financer ces deux années de retraite anticipée, je me bornerai à n’en présenter qu’une seule : la plus simple à mettre en œuvre. Ce ne sera pas forcément la meilleure dans votre situation.

Sachez également qu’en vous faisant accompagner par un conseiller financier, vous pourrez grandement améliorer le modèle qui va suivre. Vous pourriez améliorer les coûts, les charges fiscales ainsi que le revenu perçu ! Prenez cet exemple comme une base de réflexion pour votre situation. J’évoquerai des pistes alternatives sans rentrer dans les détails tout au long de l’article.

Aidez-vous d’un graphique pour mieux expliquer votre situation.

L’AVS vous fournira le minimum vital.

À l’image de beaucoup de couples, Luc et Marie ont travaillé toute leur vie. Marie a toutefois eu une carrière coupée après la naissance des enfants, suivie de travails à temps partiel.

La rente AVS de Marie s’élèvera probablement (il reste dix années de travail…) à 1’555.- francs par mois, tandis que celle de Luc se monterait au maximum possible de 2’370.- mensuel.

Premier constat ici : s’ils travaillaient jusqu’à l’âge ordinaire, notre couple aurait droit à la rente de couple AVS maximum et plafonnée de 3’555.- par mois, et ce dès les 65 ans de Luc.

En effet et bien que la rente AVS soit versée individuellement : lorsque deux personnes mariées sont à la retraite, les rentes s’additionnent, mais sont plafonnées à ce montant de 3’555.- (chiffres de l’année 2020).

En anticipant sa retraite de deux années, la rente de Luc diminuera de 13,6%, et ce pour le reste de sa vie. Le montant qu’il percevra sera donc de 2’047.- par mois. Vous trouvez plus de détail dans le mémento de l’AVS ici.

De plus, il devra cotiser à l’AVS jusqu’à ses 65 ans en tant que personne sans activité lucrative. Le montant de la cotisation sera basé sur l’ensemble des rentes qu’il perçoit (premier pilier, deuxième pilier, revenus divers) ainsi que sur le montant de sa fortune. Admettons pour notre exemple que Luc cotisera environ 3’400.- par année à l’AVS.

La retraite anticipée d’un conjoint impacte la rente de couple.

In fine, et aux 65 ans de Luc, la rente de notre couple sera abaissée à 3’263.- mensuel « ad vitam aeternam » et au plus tard jusqu’au décès de l’un des partenaires. Ce point nécessiterait un autre article… Leurs rentes individuelles seront de 2‘147.- pour Luc et de 1’408.- pour Marie.

Cherchons brièvement à comprendre comment les rentes sont calculées par l’AVS : c’est le simple résultat d’un produit en croix. Pour une retraite non anticipée et comme nous l’avons vu plus haut, Marie aurait le droit à une rente de 1’555.- mensuel tandis que Luc percevrait une rente de 2’370.- par mois. La somme des rentes s’élevant à 3’925.- et étant supérieure à la rente de couple de 3’555.-, l’AVS réalise le calcul suivant pour limiter les rentes individuelles : 2’147.- = 2‘370.- X 3’555.- / 3’925.- pour Luc et 1’408.- = 1’555.- X 3’555.- / 3’925.- pour Marie. En additionnant 2’147.- et 1’408.- vous obtenez 3’555.-. Pour arriver à la rente de couple (anticipée) de 3’263.-, la rente de Luc est minimisée de 13,6% correspondant aux deux années d’anticipation.

Le coût de la retraite anticipée s’élève donc à 292.- par mois (3’504.- par année). Avec une espérance de vie statistiquement estimée à 80 ans, le manque à gagner serait en théorie de 59’568.- hors inflation.

**Astuce**

Vous pouvez « prendre votre retraite » à 63 ans sans anticiper votre rente AVS. Il faudra également payer votre cotisation AVS en tant que personne sans activité lucrative, mais vous n’aurez pas ce trou de 13.6% ad vitam æternam.

Il faudra toutefois anticiper ses deux années pour combler ce manque à gagner de 2’147.- mensuel correspondant à plus de 50’000.- sur deux ans. Dans le cas de Luc, ce n’est pas très pertinent (50’000.- VS deux années à 3’504.- additionnée de la cotisation AVS de 3’400.-), mais pour des revenus AVS plus faibles ou pour une personne seule, le calcul peut valoir la peine !

Comment combler la lacune de la rente AVS anticipée ?

En se souciant de cette question dix ans en avance, Luc et Marie ont le temps de préparer et de combler ce « trou » sans trop impacter leur train de vie. Avec une hypothèse de rendement de 4% par année, ils pourraient épargner et investir 600.- par mois au travers d’un 3e pilier afin de former un capital de 87’000.- pour leur retraite anticipée. Ce capital pourra ensuite être consommé à raison de 3’504.- par année.

Vous trouvez ici la suite de cet article qui traite du deuxième pilier.

L’un de vos collègues réfléchit à une retraite anticipée ? Envoyez-lui cet article et dites-lui de me contacter à raphael.battu@maretraite.ch 😉

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.