Patrimoine : maximiser vos rendements

faite decoller vos placements

Voilà une question qui vous intéresse sans doute. Comment maximiser vos rendements ? Cette question va souvent de pair avec la recherche de sécurité. Pour beaucoup de personnes, on ne peut obtenir de rendements élevés sans prendre un minimum de risques. La finance nous vend d’ailleurs les placements dans ce sens. Voyons si tout cela est vrai et comment optimiser vos rendements.

La diversification

Il va de soi que pour ne pas perdre vos économies, vous devez diversifier votre portefeuille. Si vous n’achetez qu’une seule entreprise (un titre), vous maximisez votre risque de perte en cas de faillite de ladite entreprise. Et si en plus vous choisissez une startup plutôt qu’une société bien établie telle que Coca-Cola, ABB ou Michelin c’est sûr que vous risquez de vous planter.

La diversification est l’un des éléments les plus reconnus et les plus faciles à comprendre pour réduire les risques de perte dans son portefeuille.

Mais attention, la diversification a ses limites.

D’abord, vous ne pourrez diversifier au sein d’une même classe d’actif le risque dit « de marché ». Pour l’écrire simplement : si vous n’êtes investi qu’en actions, et sauf à entreprendre une démarche de protection de votre portefeuille, vous ne pourrez pas vous prémunir contre la baisse générale du marché (comme en mars 2020, en 2008 et en 1929, par exemple, où les cours des bons grains suivaient presque la même pente que l’ivraie).

Ensuite, vous trouvez une limite mathématique à la diversification d’actifs. Avec 2 titres en portefeuille vous diminuez votre risque de 46% et avec 4 positions, vous aurez décru votre risque de 72%. Vous atteindrez les 93% de risque éliminé dès 16 entreprises et au-delà d’une trentaine d’entreprises, vous ne diversifierez plus grand-chose puisque vous réduirez le risque de 96%…

Enfin, et pour citer Warren Buffett, vous devriez connaître vos investissements : « la diversification est une protection contre l’ignorance ». Votre conseiller financier doit vous aider à choisir des placements que vous comprenez.

Trop c’est trop

En adoptant une trop grande diversification, vous réaliserez le rendement du marché ou de « Madame et monsieur tout le monde ». Un minimum de concentration apparaît donc comme bienvenu afin de distinguer votre rendement de celui du voisin.

Au-delà de la quantité d’entreprises investies, vous pouvez diversifier la géographie de vos placements (bien que la corrélation soit élevée entre les marchés actions mondiaux) et les secteurs d’activités de vos entreprises par exemple.

Une diversification à l’échelle de votre patrimoine (et pas forcément votre portefeuille uniquement), consiste à introduire des éléments décorrélés les uns des autres. Vous pourriez par exemple détenir des fonds de matières premières, des métaux précieux, des obligations ou encore de l’immobilier.

Définir le bon horizon de temps

La prudence impose de conserver une réserve de sécurité en liquide (liquidités, comptes courants et épargnes) afin de faire face aux imprévus. Vous pouvez tabler selon votre situation sur deux à six mois de revenus ou de dépenses nets de charges sociales, d’impôts et d’épargne.

Une fois cette réserve définie et obtenue, vous pourrez sereinement allouer votre épargne mensuelle et votre fortune à l’atteinte de vos objectifs personnels.

L’horizon de temps est primordial ici. Plus vous avez du temps devant vous, plus vous augmentez vos possibilités d’atteindre des rendements élevés et moins vous prenez de risque.

La banque Pictet met à jour chaque année une étude très intéressante sur le rendement et sur le risque des actions suisses vis-à-vis de la période de détention.

« … un investisseur disposant d’un horizon de placement à 10 ans n’aurait enregistré une performance négative que si l’investissement initial avait été effectué durant trois périodes, toutes liées à la crise de 1929. Aucun investisseur ayant investi dans des actions suisses sur une durée de 13 ans n’aurait accusé de perte sur son investissement initial depuis 1926. »

Ce propos est illustré dans le tableau ci-dessous. Sur 87 périodes de 10 ans observées, seules 3 affichent un rendement négatif.

Pour conclure ce chapitre, retenez que vous ne devriez pas investir les fonds nécessaires à l’atteinte d’objectifs de court terme. Bien que cette notion dépende de chacun, moins de trois ou quatre années m’apparaissent comme une bonne définition du court terme.

Profiter de la volatilité

Il me reste un élément à discuter : la volatilité. La finance moderne cherche à réduire au maximum cette dernière, qui permet pourtant de générer du rendement à long terme. Sans volatilité (i.e. 0%), pas de rendement. Pour faire simple, ce sont les mouvements des marchés. C’est ce qui fait qu’un rendement de 5% l’an ne ressemble pas à ça :

Mais plutôt à ça :

Et ce sont aussi les pics de volatilité qui vous feront râler lorsque votre investissement, réalisé dix ans plus tôt, viendra égaler ou dépasser à la baisse votre placement initial pendant plusieurs mois. C’est le cas typique de l’année 2008.

Pourtant, sans cette volatilité, appelée souvent « risque » : pas de rendement possible.

Systématisez et mensualisez vos investissements !

Le postulat de l’étude de Pictet (tout comme les graphiques ci-dessus) consiste à investir au début de la période de 10 ans, sans réaliser de placements subséquents. C’est ce qui nous amène à obtenir une perte en 1939 pour un financement unique débuté en 1929 (au plus haut des bourses).

Un investisseur de long terme aurait pu toutefois faire mieux. Comment ? En réinjectant des fonds dans les phases de baisse.

Alors je vous arrête tout de suite. Si vous pensez pouvoir faire du « market timing » en vous croyant plus fort que le reste de la communauté financière, vous vous trompez. Oh certes, vous pourriez réussir une fois ou l’autre, mais sur le long terme cela ne fonctionne pas.

N’oubliez pas que – pour citer Benjamin Graham – « le pire ennemi de l’investisseur, ce n’est pas la bourse, c’est lui-même ». L’égo et la peur sont les deux éléments dont vous devriez le plus vous méfier tout au long de votre vie d’investissement.

Non, je parle ici d’une méthode beaucoup plus simple et beaucoup moins chronophage : réaliser un placement sur une base régulière. Cela peut par exemple prendre la forme d’une mensualité fixe (100.- francs, 1’000.-…) investie dans des fonds de placement tout au long de la période qui vous sépare de votre objectif. En procédant ainsi, vous lisserez votre prix d’achat moyen et vous profiterez de la volatilité plutôt que de la subir.

Votre placement pourrait alors ressembler à ceci :

Vous venez de lire ici un « son de cloche » sans doute un peu différent de ce que vous entendez généralement sur la diversification, le temps et la volatilité. Bien appréhendé, ces éléments vous permettront de maximiser vos rendements à long terme.

Afin de réussir vos investissements et d’atteindre vos objectifs de vie, vous devriez vous faire épauler par un conseiller financier qui connaît son sujet et avec lequel vous pourrez travailler sur une longue période. La stabilité est aussi un facteur de réussite.

Je conclurai cet article par une autre citation de Warren Buffett, fort à propos avec la crise que nous traversons : « Uncertainty actually is the friend of the buyer of long-term values. »

Cet article a été posté en tant qu’invité sur le site investir.ch dont je vous recommande vivement la lecture. Vous y trouverez de nombreuses analyses sur la finance, l’économie, l’immobilier ou encore la prévoyance dans notre pays.

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.