Grandes villes romandes : où payer le moins d’impôts ?

tax en suisse romande

Quel a été votre plus grand décaissement en 2021 ? Votre loyer, vos intérêts hypothécaires, votre caisse maladie, vos charges sociales… ou vos impôts ?

En prenant en compte la part payée par l’employeur, ce sont probablement vos dépenses sociales qui pèsent le plus.

Ces dernières ne sont toutefois pas une « perte sèche » puisqu’une partie non négligeable rejoint votre deuxième pilier. Je rappelle l’importance de négocier ce point lors d’une embauche dans la mesure où votre salaire total est composé de votre revenu et des avantages annexes tels que l’épargne du 2e pilier. J’en parle ici.

Après les dépenses sociales viennent probablement vos impôts. La fiscalité forme avec l’immobilier l’un des sujets dont nous aimons le plus parler et sans doute le plus nous plaindre. Comment et où en payer le moins sont des questions récurrentes.

Avec la pandémie et l’arrivée du télétravail, vous avez peut-être l’occasion de vous offrir une certaine mobilité en faisant abstraction des distances entre votre lieu de travail et votre domicile.

Je vous propose aujourd’hui d’établir un classement des cantons romands et des grandes villes francophones en matière de taxes.

Petite mise à jour fiscale

Avant de vous livrer les chiffres, j’aimerai vous rappeler les principaux impôts qu’une famille ou un particulier est amené à payer.

Commençons par l’impôt sur le revenu – celui qui nous intéresse particulièrement ici. C’est le plus lourd de tous et c’est celui que nous cherchons à limiter. Trois entités le prélèvent : votre canton, votre commune et la confédération. Le canton est le plus gourmand. Cet impôt, progressif, suit une courbe partiellement exponentielle. En bref, plus vous gagnez, plus vous payez. Comme vous l’observerez dans les tableaux plus bas : vous pouvez percevoir deux fois plus de revenus, et payer six fois plus d’impôts sur le revenu.

Nombre de cantons ponctionnent également un impôt ecclésiastique. Au vu de la diversité cantonale, nous ne pouvons nous y arrêter ici. Le montant de cette taxe dépend généralement de la reconnaissance des religions vis-à-vis du canton et de la confession du contribuable. Nous relevons des exceptions comme dans le canton de Vaud qui ne prélève pas cet impôt. Vaud assure toutefois les dépenses du culte des deux églises qu’il admet : l’Église évangélique réformée et l’Église catholique romaine.

Vous pouvez trouver des impôts particuliers ou « personnel » dans certaines villes. Souvent négligeables et de toute façon spécifiques, je ne m’y attarderai pas ici.

Enfin, les cantons et les communes prélèvent la spécificité suisse, j’ai nommé : l’impôt sur la fortune. Cet impôt, également progressif, est calculé sur la fortune nette du contribuable (fortune totale moins les dettes). Selon le canton, des franchises s’appliquent et son taux varie généralement de quelques dixièmes de pour cent à 1%.

Hypothèses

Afin d’obtenir des séries homogènes et représentatives de la société, j’ai retenu cinq situations familiales :

  1. D’abord un couple avec un enfant, disposant du salaire moyen suisse de 6’609.- mensuel net (soit 79’308.- annuel pour la famille).
  2. Une famille avec le même revenu et avec deux enfants.
  3. Un couple avec un enfant disposant de deux salaires médians d’environ 5’688.- net par mois et par personne (soit 136’512.- annuel pour la famille).
  4. La même famille avec deux enfants
  5. Enfin, une famille avec deux enfants et deux revenus de 100’000.- nets par personne.

Vous pouvez retrouver les salaires moyens et médians ici.

Notez que par simplification, je ne tiendrai pas compte de la fortune (fortune = 0) et que les impôts ecclésiastiques ou particuliers sont inclus dans la taxe communale.

Encore par souci de simplicité, les conjoints sont mariés, gagnent leur salaire à parts égales, ont la confession majoritaire du canton et ne bénéficient d’aucune déduction particulière (cotisations au 3e pilier ou rachats de 2e pilier par exemple).

Qu’en conclure ?

C’est le canton du Valais qui monte en tête avec sur la première marche Martigny suivi de Sion. Et ce dans quasiment toutes les situations. La ville de Genève montre trois occurrences sur cinq et prendrait donc la troisième place. La ville du bout du lac se révèle très intéressante pour les ménages qui disposent du revenu moyen suisse.

En dernière place, nous trouvons les cantons de Neuchâtel et de Vaud. Notez que la ville de Nyon (l’une des villes les moins chères sur Vaud) ramène toutefois son canton dans la compétition.

Notez que ce qui est vrai pour l’impôt sur le revenu et également vrai pour l’impôt sur les capitaux de prévoyance. À la retraite, vos capitaux de 2e et de 3e piliers sont soumis à une taxe qui sera également plus faible dans les cantons gagnants ici.

Il n’y a pas que les impôts !

Si vous disposez d’une liberté d’établissement totale grâce notamment au télétravail, vous devriez aussi considérer les aspects sociaux (telles que les allocations familiales ou les déductions des droits de garde), le coût du logement, des assurances santé ou encore des taxes sur les véhicules.

Souvent tout cela va de pair : moins d’impôts sur le revenu égal moins de taxes sur les autos et des assurances santé moins chères. L’on déménage rarement pour des raisons uniquement fiscales et adopter une approche globale peut se révéler intéressant.

De ce point de vue, le Valais reste sans aucun doute devant les autres cantons, suivi de près par Fribourg.

Chacun devra encore déduire ses éléments propres tels que les cotisations aux 3es piliers, les rachats de 2es piliers, les travaux, etc.

Les impôts ont été calculés grâce au site de l’Administration fédérale des contributions.

Cet article a été posté en tant qu’invité sur le site investir.ch dont je vous recommande vivement la lecture. Vous y trouverez de nombreuses analyses sur la finance, l’économie, l’immobilier ou encore la prévoyance dans notre pays.

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.